Go to Top

PRISM’ MARCHES

Les investisseurs sont-ils les chiens de Pavlov ?

Depuis le printemps dernier nous avons adopté une position très prudente dans les portefeuilles #ETF. Nous l 'avions expliqué dans nos lettres #Prism' Marchés du mois de mars, d 'avril et de mai. A rebours du consensus, cette prudence nous avait conduit a :

Souspondérer les actions
Surpondérer le cash
Fortement surpondérer les emprunts d' Etat américains
Fortement surpondérer les mines d 'or

Grâce à ce positionnement, les portefeuilles "Equilibre" affichent des performances proches du niveau de la mer au 4é trimestre tandis que les actions baissent de 15% à 20%.

Il nous semble maintenant raisonnable de revenir vers une position moins "agressivement prudente" de manière tactique (1 mois à 3 mois).

Si l' on en croit la violence du décrochage des marchés d 'actions, les investisseurs ont été pris par surprise. Cela donne une connotation de gravité à la situation. Pourtant en prenant un peu de recul :

en réalité, la baisse n' a pas débuté fin septembre mais fin 2017 pour des indices majeurs comme l 'EuroStoxx 50, le CSI 300, le MSCI Emerging Market, le Nikkei 225 et bien d' autres. En réalité, seuls les indices américains conservaient une tendance haussière au 1er semestre 2018. Mais ces indices étaient en réalité portés par les Méga-caps qui masquaient une situation toute autre. Par exemple, Amazon, Netflix et Microsoft expliquaient 71% de la hausse du S&P500 en

Read More

2019 : une année en or ?

Gold

Gagner en bourse est simple : "il suffit d’acheter bas et vendre haut" . Au-delà de cet adage que La Palice n’aurait pas infirmé, la difficulté est en réalité que pour « acheter bas », il faut regarder au-delà du mouvement baissier du moment pour pouvoir adopter une vue différente de celle du consensus vendeur. Les fins de phases de baisse étant souvent rapides et violentes, un sens aigu du timing est également nécessaire.

Après avoir été très recherché entre 2008 et 2011 pendant les différents Quantitative Easing et le combat des Banquiers Centraux contre la déflation, l’or, qui avait alors progressé de 150%, est un investissement qui

Read More

Une hirondelle ne fait pas le printemps

Le marché nous y a habitués : après la tempête le calme. Les principaux indices sont désormais à l’équilibre pour la 8é fois de l’année malgré de fortes variations. Le risque d’un décrochage s’éloigne pour le moment. Pour la première fois depuis le début de l’agitation boursière fin janvier, la volatilité repasse sous les 15.
Ce n’est pas une surprise. Le scénario d’une guerre commerciale mettant à genoux les marchés semblait improbable ainsi que nous le précisions dans notre « Lettre des Gestion » du mois d'avril. Ainsi, l’embellie actuelle correspond plus à un soulagement qu’à une amélioration des

Read More